Good Therapeutics lève 11 millions de dollars pour développer des médicaments protéiques «dépendants du contexte»


PDG de Good Therapeutics, John Mulligan. (Bonne photo thérapeutique)

La start-up de biotechnologie de Seattle, Good Therapeutics, a levé 11 millions de dollars supplémentaires pour créer des médicaments protéiques «dépendants du contexte» qui n’agissent qu’en cas de besoin.

La société de 4 ans développe des cytokines qui régulent leur propre activité en réponse aux biomarqueurs et aux signaux métaboliques, a déclaré le PDG John Mulligan. Il se concentre initialement sur les applications d’immuno-oncologie.

Les 11 millions de dollars font suite à une autre injection de fonds de 11 millions de dollars amassée l’an dernier pour achever une ronde de financement de série A de 22 millions de dollars. Les investisseurs comprennent Roche Venture Fund; Rivervest Venture Partners; Partenaires 3X5; Digitalis Ventures; et Codon Capital.

Mulligan a obtenu son doctorat en biologie de l’Université de Stanford et a précédemment travaillé en tant que consultant pour Microsoft sur un système de stockage de données sur des brins d’ADN. Il a également fondé Glycostasis, une entreprise qui a conçu une protéine pour réguler les niveaux d’insuline, et a cofondé Cambrian Genomics, qui a créé un moyen d’imprimer l’ADN au laser.

Une autre société de biotechnologie de Seattle, Nautilus Biotechnology, a annoncé jeudi un financement de 76 millions de dollars.