«Une presse unie est la meilleure pour le journalisme au Libéria», déclare le président de l’ALJA Mayson


Le président de l’ALJA, Joe Mayson, s’exprimant à la radio d’État, a récemment déclaré que le fait d’avoir des médias divisés ne ferait que retarder les gains réalisés par l’Union de presse du Libéria (PUL) et permettrait aux méchants contre les médias d’exploiter la situation et de diviser encore plus les médias.

L’Association des journalistes libériens des Amériques ALJA a exprimé sa déception quant à la manière dont certains journalistes se séparent de l’Union des journalistes de la mère au Libéria.

Le président de l’ALJA, Joe Mayson, s’exprimant à la radio d’État, a récemment déclaré que le fait d’avoir des médias divisés ne ferait que retarder les gains réalisés par l’Union de presse du Libéria (PUL) et permettrait aux méchants contre les médias d’exploiter la situation et de diviser encore plus les médias.

«Nous pensons qu’il est malheureux que certains membres du PUL aient maintenant un groupe dissident, nous pensions en tant qu’organisation, les journalistes doivent être unis parce que nous avons maintenant beaucoup de forces opposées venant contre nous et exploiterons toute division parmi nous pour reculer certains des gains que nous avons réalisés dans le pays, nous sommes donc extrêmement déçus de voir le fossé. »

« Nous pensons qu’il est regrettable que certains membres du PUL aient maintenant un groupe dissident, nous pensions en tant qu’organisation, les journalistes doivent être unis parce que nous avons maintenant beaucoup de forces opposées qui viennent contre nous et exploiterons toute division parmi nous pour reculer » certains des gains que nous avons réalisés dans le pays, nous sommes donc extrêmement déçus de voir le fossé. »

Joe Mayson, président de l’Association des journalistes libériens en Amérique

Il a révélé qu’ALJA ne s’était pas assis tranquillement depuis le début du conflit d’élevage parmi certains membres du PUL, et a révélé que le vice-président de l’association, Pewee Baysah, lors d’une visite au Libéria est récemment intervenu pour résoudre le conflit lors d’une discussion de médiation.

Mayson a déclaré qu’en tant qu’organisation, l’ALJA respecte et estime qu’il devrait y avoir un seul syndicat des médias et a déclaré que son organisation continuera à travailler avec le PUL et non avec un groupe de médias dissident.

Le président nouvellement élu de l’ALJA, Joe Mayson, a déclaré comprendre que leurs collègues des médias qui ont formé un groupe dissident ont des préoccupations légitimes, ces préoccupations peuvent être prises en compte. »Quelles que soient ces préoccupations, nous pouvons nous asseoir à la table et discuter et arriver à résolution amiable. «

Il a averti les journalistes de s’unir, car selon ses mots «le plus tôt sera le mieux avant que les gens exploitent le processus».

Journalistes COVID-19 Fight

Il a déclaré que l’ALJA, en tant qu’institution, reconnaît les sacrifices numériques consentis par les journalistes au Libéria alors qu’ils risquent leur vie pour bien éduquer, informer le peuple libérien du danger ou COVID-19.

«C’est pourquoi nous avons décidé d’apprécier à notre manière les sacrifices de nos collègues en fournissant 150 sacs de riz, 45 gallons d’huile, 1 500 masques réutilisables aux journalistes au Libéria.»

Il a déclaré que même s’ils vivaient dans le centre épique du virus, ils étaient en quelque sorte dans une meilleure situation pour fournir leur repas quotidien par rapport à leurs collègues au Libéria. « C’était juste pour dire merci à nos collègues pour le sacrifice de chiffres qu’ils font. »

Mayson a déclaré que les journalistes sont si importants dans la lutte contre COVID-19 visant à permettre au Libéria de gagner la lutte contre le virus et a appelé le gouvernement à soutenir les médias. »Pour le moment, nous avons besoin de toutes les mains à bord, la dernière que nous voulons est un partage effort. »

Lutte contre le gouvernement et les médias

«Nous encourageons le gouvernement à dialoguer avec les médias sur les questions, en particulier pendant cette période d’urgence, afin que nous puissions collectivement gagner cette bataille contre COVID-19.

Sur la question de la presse libre, a déclaré le président de l’ALJA, Joe Mayson, des progrès ont été réalisés au fil des ans entre les médias et les gouvernements précédents, mais ont pointé du doigt des accusateurs l’administration de George Weah pour avoir muselé les médias libériens. «Récemment, le gouvernement a tenté de museler les médias.»

Il a déclaré que le comité d’enquête spécial chargé d’enquêter sur les insultes et le harcèlement contre les journalistes libériens n’était qu’un discours de la bouche, le gouvernement n’ayant montré aucun intérêt à poursuivre les enquêtes.

Justifiant son point de vue, a déclaré le président de l’ALJA, sa position est motivée par le fait que deux membres du comité d’enquête des médias ont démissionné parce que le gouvernement libérien n’a manifesté aucun intérêt à enquêter sur les abus des journalistes par des titres d’État.

Il a divergé avec les commentaires selon lesquels le processus est bloqué ou lent en raison de COVID -19, car il fait valoir que le pays est dans une certaine forme de normalité et que le comité d’enquête peut commencer à discuter des principes de base via des réunions virtuelles.

Joe Mayson dit également qu’il y a une méfiance entre le gouvernement et les médias et a déclaré que les deux parties ont besoin l’une de l’autre et qu’il est temps de travailler ensemble pour aller de l’avant «nous, en tant que chiens de garde, continuons de regarder pour que les gains que nous avons réalisés au fil des ans soient pas inversé.  »

Il a félicité les professionnels des médias libériens pour leur engagement envers leur devoir et a déclaré que l’ALJA restera une voix critique pour la démocratie et le développement des médias au Libéria.


Vues du message:
1