Une initiative des Etats-Unis annoncée pour lutter contre les maladies émergentes en Côte d’Ivoire

Publié le 16/04/2018 à 13:02

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, l’Université Félix Houphouët-Boigny, et l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) annoncent le lancement du programme « les Ressources Humaines, une Seule Santé « , en anglais « One Health Workforce .» L’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire a tenu d’abri à la cérémonie d’annonce. 

ADN- One health workforce

Photo de famille à la cérémonie de lancement du « One Health Workforce » à l’institut pasteur de Côte d’Ivoire

L’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI), représentant le ministère de l’enseignement supérieur a en charge le suivi de ce programme. C’est une initiative qui réunit autour des réflexions sur le système sanitaire, des étudiants, professeurs, les universités (publiques et privées) ivoiriennes, des ministères et organisations internationales. A ce programme, L’université du Minnesota et l’université Tufts sont également associées.

Initié en marge du programme mondial de sécurité sanitaire (GHSA) auquel la Côte d’Ivoire a confirmé son adhésion en 2015, « les ressources humaines: une santé » intervient pour constituer un rempart aux menaces sanitaires liées à la santé humaine, animale et environnementale.

Pour le Professeur Mireille Dosso, Directrice de l’IPCI, l’initiative est louable. Les Ressources Humaines « Une Seule Santé » mettent l’accent sur la collaboration entre les universités et les gouvernements afin de renforcer les capacités de la main-d’œuvre existante et future en matière de santé humaine, animale et environnementale.

Le programme bénéficie pour son déploiement, de 110 milliards de FCFA, soit 200 millions de dollars, octroyés par le gouvernement américain au titre du budget 2018. C’est par ailleurs une assistance financière qui répond à quatre priorités de développement: la bonne gouvernance, la croissance économique et inclusive, l’amélioration du système de santé et la réforme du secteur de la sécurité.

Comments

comments