Un trafic de faux papiers entre le Sénégal et la France, démantelé

Publié le 02/04/2017 à 12:09

 

Un réseau de trafiquants de faux papiers entre le Sénégal et la France a été démantelé, en France. Le jeudi 30 mars 2017, le chef de la bande « Dakar connexion », d’origine Sénégalaise a été déféré au parquet de Bobigny en banlieue de Paris. 

crédit photo: France 3 région

Les policiers de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers ont intercepté « une soixantaine de dossiers » frauduleux. Pendant deux ans, ce réseau d’immigration clandestine a piégé le service d’état-civil de Nantes. Il remettait de faux documents, pour l’établissement d’authentiques certificats de nationalité française.

Le réseau déposait des dossiers de reconnaissance de la nationalité française, en assurant que le demandeur était un enfant de Franco-Sénégalais ou de Français nés à l’étranger.  Afin de s’assurer de la véracité de ces informations, les services nantais envoyaient ensuite un courrier au pays d’origine.

À Dakar, des complices implantés dans les bureaux d’état-civil interceptaient les courriers et les remettaient à des faussaires qui n’avaient plus qu’à fabriquer à la demande, les justificatifs réclamés. Puis les dossiers étaient renvoyés aux autorités françaises qui délivraient d’authentiques certificats de nationalité française.

L’obtention de ce certificat était facturée de 10 000 à 12 000 euros et payables à l’avance. Ainsi, le patrimoine du chef de réseau s’élèverait selon les enquêteurs à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Le lundi 27 mars dernier, quinze hommes ont été interpellés en région parisienne et à Bordeaux soupçonnés d’être membres d’un réseau d’immigration clandestine.

Stéphanie Kouassi

Comments

comments