Un mardi à Ouaga avec Emmanuel Macron

Publié le 29/11/2017 à 08:46

L’actualité Africaine de cette semaine est marquée par le sommet UE-UA qui se déroulera du 29 au 30 novembre 2O17 à Abidjan. En prélude de ce sommet, le Président Français Emmanuel Marcon a effectué une visite officielle au Burkina-Faso ce mardi 28 novembre 2017.

Crédit photo La Croix

Cette visite dans le pays des hommes intègres a été très mouvementée. Elle a commencé par une attaque à la grenade d’un véhicule des forces françaises dans un quartier nord de Ouagadougou le lundi 27 novembre. Le jour de la visite, un minibus de la délégation Française a été arrosé de pierres par des manifestants.

Cette visite sous haute tension a été marquée par une rencontre entre Emmanuel Macron et des étudiants de l’université de Ouagadougou.

Face à face avec les étudiants

Pendant près de deux heures, Emmanuel Marcon s’est entretenu avec les étudiants dans un exercice de questions réponses sur l’assassinat de Thomas Sankara, la lutte contre le terrorisme, la migration, l’éducation,…

C’est par un hommage à feu Thomas Sankara que le Président Français a débuté son discours sous les applaudissements des étudiants. Il a profité de cette occasion pour annoncer au peuple Burkinabé la déclassification des documents sur la mort de Thomas Sankara, décision attendue par la justice Burkinabé.

Abordant la question sur la lutte contre le terrorisme, Emmanuel Macron a évoqué un problème de budget qui serai à l’origine de la stagnation de l’opération de la force militaire du G5 Sahel, qui doit compléter la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) et l’opération Barkhane.

La question sur l’esclavage des noirs en Libye a donné droit à une réponse très sèche de la part du Président Français qui a déclaré : « Qui sont les trafiquants ? Ce sont les Africains mon ami ! Et nous les combattons avec vigueur ! » avant d’ajouter : « Arrêtez de dire que le problème c’est l’autre ! Présentez-moi un passeur belge, français, allemand ou que sais-je encore ! Vous n’en trouverez pas ! »

Emmanuel Macron s’est aussi prononcé sur la question de l’ajustement monétaire Ouest-Africaine, il estime que “le franc CFA a besoin de quelques ajustements”. Profitant de l’occasion, Macron a rappelé au Président Burkinabé qu’il était libre de sortir de la zone franc CFA.

Le Président Français est revenu sur le sujet de démographie qui avait suscité une polémique en juillet dernier à l’occasion du G20. Emmanuel Macron  avait nommé cela de  « civilisationnel » en déclarant « quand certaines femmes ont 7 à 8 enfants, si on investit des milliards d’euros, nous n’obtiendrons aucun résultat »,

Revenant sur la question, le Président français a déclaré : « Quand vous voyez des familles de 6, 7, 8 enfants par femme, êtes-vous sûrs que cela soit le choix de la jeune fille ? Je veux qu’en Afrique, partout, une jeune fille puisse avoir le choix. C’est une conviction profonde qui m’a poussé à faire de l’égalité femme-homme une grande cause de mon mandat. La démographie peut être une chance mais à condition que chaque femme puisse choisir son destin »

Sandrine Kouadjo.

Comments

comments