Sommet de l’UA : Le coup de Gueule d’Alpha Condé envers ses homologues !

Publié le 01/02/2017 à 14:55

Le chef d’Etat guinéen, Alpha Condé a donné une leçon de ponctualité aux présidents présents au sommet. Le président en exercice de l’Union africaine s’est offusqué de ce que des leaders de leur rang ne soient ni ponctuels, ni assidus. C’est un véritable coup de gueule qu’il a exprimé le 31 Janvier lors de la cérémonie de clôture.

« Désormais, nous allons commencer à l’heure. Si nous disons 10h00, nous devons commencer à 10h00 », a tranché Alpha Condé à Addis-Abeba. « Comment expliquer que lorsque nous rencontrons des dirigeants de pays étrangers, nous arrivons à l’heure, que ce soit en Chine, au Japon ou en Inde ? Pourquoi ne pouvons-nous pas être à l’heure à nos réunions ? Pourquoi lorsque nous allons à ces réunions, nous restons jusqu’à la fin, et quand nous venons à Addis-Abeba, nous repartons juste après la cérémonie d’ouverture ? » s’est indigné le président Guinéen sous le regard surpris de ses collègues.

Alpha Condé a également déploré le retard de l’Union africaine en matière de technologie alors qu’ils étaient en panne d’internet à un si grand rassemblement. « Comment peut-on imaginer qu’à l’ère des nouvelles technologies, nous travaillions toujours avec des micros des années 60 ? Comment pouvons-nous expliquer que la connexion Internet est très lente dans notre siège, alors qu’en face de nous, à la Commission des Nations unies pour l’Afrique, Internet fonctionne mieux ? ». Ses interrogations n’ont reçu aucune réponse expressément formulée ; peut-être les concernés étaient-ils tous d’avis.

Les présidents présents ont certainement approuvé ces vifs reproches à leur endroit puisqu’à l’unisson, ils ont fortement applaudi Alpha Condé. En effet, plusieurs chefs d’Etat avaient déjà quitté Addis-Abeba, sans attendre la fin des travaux du sommet, lorsque leur pair guinéen faisait ces remarques.

Alpha Condé a été élu président en exercice de l’UA, lundi, en remplacement du chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby.

Stephanie Kouassi. 

Comments

comments