Retour d’Alpha Condé à Conakry : ferveur et manifestation à l’accueil

Publié le 03/02/2017 à 13:10

Après la clôture du 28ème sommet de l’Union africaine, Alpha Condé est rentré en Guinée, ce  jeudi 02 février. Le nouveau président en exercice de l’Union Africaine a été accueilli dans la ferveur populaire mais aussi par des manifestations de mécontentement des populations. Ambiance dans les rues de Conakry. 

Alpha Condé s’est offert un bain de foule de l’aéroport de Conakry jusqu’à la présidence de la république. De blanc vêtu, ses partisans sont venus le féliciter pour son élection mais aussi lui réitérer leur soutien. Le président Condé a tenu un meeting à la place des martyrs dans la cité administrative de Kaloum. A ses côtés, Claude Kory Koundiano, président de l’Assemblée nationale, Mamady Youla, Premier ministre et plusieurs autres membres du gouvernement.

Le nouveau président de l’UA, a fait le bilan du 28ème sommet. Pour Alpha Condé cette rencontre africaine n’a pas seulement été son triomphe, mais celui de toute l’Afrique. «Il y a eu des avancées extraordinaire. Pour la première fois c’est l’indépendance financière de notre organisation. » a-t-il déclaré.

Au nombre des acquis du sommet Alpha Condé a évoqué le retour du Maroc au sein de l’UA. A ce propos il a expliqué que : « les chefs d’Etats Africains ont montré qu’on peut avoir des divergences profondes sur le continent, mais que cela ne peut empêcher de nous unir face à tous les grands défis auxquels l’Afrique est confrontée aujourd’hui »

La rue contre la hausse du carburant

A quelques rues de cette ferveur populaire, une partie de la capitale Conakry offrait un autre visage ce jeudi 2 février. Une vague de manifestations populaires. La route « Le Prince », le 2ème axe principal de la ville a été prise d’assaut tôt le matin par des jeunes de la commune de Ratoma.

Des manifestants qui dénoncent le “manque de carburant à la pompe” et la “hausse du prix de l’essence au marché noir”. Les autorités  expliquent que “la rupture de stock est due à une panne du bateau transportant les hydrocarbures en Guinée”. Mais cette excuse, les populations refusent de l’entendre. Elles ont choisi le retour au pays du Président Condé, pour espérer se faire voir et entendre.

Des barricades érigées et des pneus incendiés le long de la route. Empêchant toute circulation. Dans cette partie de la capitale, tous les magasins et boutiques sont restés fermés. Des affrontements ont eu lieu mais ont été rapidement maîtrisés par la police.

Abdoulaye SOW, Correspondant à Conakry.

Comments

comments