RDC / Ebola : Une riposte relativement efficace

Publié le 16/05/2017 à 12:07

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), a confirmé un deuxième cas de contamination par le virus Ebola dans le nord de la RDC ce lundi 15 mai. Sur 17 cas suspects recensés la semaine dernière, 2 des décès ont été confirmés Ebola. La riposte se met en place.

crédit photo : planet hoster

L’épidémie s’est déclarée dans la zone de santé de Likati, dans la province du Bas-Uélé tout au nord du pays, non loin de la Centrafrique. Vu la rapidité de propagation du virus, les autorités sanitaires sont confrontées maintenant à une course contre la montre.

Dr Yokouidé  assure qu’une équipe d’investigation est sur le terrain, mais que d’autres équipes vont la rejoindre, avec des médecins épidémiologistes, mais également des cliniciens qui doivent assurer la prise en charge. « C’est une maladie pour laquelle il faut absolument impliquer la population pour pouvoir la contrôler. » a souligné le représentant de l’OMS. Les services médicaux congolais ont acquis une expertise avec le temps, rappelle le Dr Allarangar Yokouidé. Depuis 1976, année de la découverte du virus ebola en RDC, c’est la huitième épidémie à laquelle le pays fait face.

Les organisations sanitaires et ONG comme MSF ou Alima, essaient de se rendre dans la zone du foyer. Malheureusement, l’enclavement de la zone touchée par ebola complique le déploiement des équipes et du matériel, a expliqué Régis Billaudel, le chef de mission de l’ONG Alima en RDC. Cependant, cet éloignement est aussi un facteur de limitation de  l’expansion du virus, selon Régis Billaudel. « En fait, on est dans des zones avec une très faible densité de population, des gens qui vivent un peu en autarcie dans la forêt ; donc y a peu d’échanges et c’est ce qui permet au virus de ne pas se répandre trop vit», rassure regis.

Le ministre de la Santé publique de RDC, lui invite la population congolaise à ne pas céder à la panique. Selon le ministre « aucun cas d’Ebola n’a été signalé ni à Kinshasa, ni à Kisangani, ni ailleurs en RDC à l’exception de Nambwa, à 45 kilomètres de Likati. »

Viviane Yoboue Avec RFI

Comments

comments