Mutinerie-Cote d’Ivoire : 5 gendarmes aux arrêts

Publié le 29/06/2017 à 06:47

Cinq personnes ont été arrêtées et sont en attente de leur jugement pour leur présumé rôle dans la mutinerie du mois de janvier 2017. L’information a été donnée, ce mardi 27 juin 2017,  parAnge Kessi Kouamé, le commissaire du gouvernement (procureur militaire). C’était lors d’une conférence de presse au tribunal militaire d’Abidjan. Les enquêtes se poursuivent pour la mutinerie du mois de mai.

photo d’archive utilisée à titre d’illustration

Deux gendarmes accusés de vol de véhicules et trois autres pour meurtres. C’est le résultat des investigations suite à des plaintes reçues après la mutinerie de Janvier.

« Les témoins identifient certaines personnes. Au fur et à mesure que les suspects sont découverts, nous les arrêtons », a expliqué le procureur militaire

Pour rappel, les mutins sont sortis des casernes en début d’’année 2017 pour réclamer des primes de 12 millions de FCFA promise par le gouvernement en 2011. Un bilan officiel a fait état de quatre morts à Yamoussoukro, la capitale économique.

Quant à la 2e mutinerie au mois de Mai, les enquêtes sont en cours au sujet des deux plaintes reçues. Une pour homicide et l’autre pour vol de véhicule. « Il faut interroger des témoins qui étaient sur place au moment des faits. C’est ce qui explique que l’enquête dure », a affirmé Ange Kessi. Quatre autres morts avaient été également enregistrées dont un démobilisé à Bouaké, selon le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Koné.

 Coulibaly Sadjo avec Jeune Afrique

Comments

comments