Le président ivoirien va prendre en compte les revendications des militaires

Publié le 07/01/2017 à 22:41

Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé samedi avoir donné son « accord » pour la prise en compte de deux des revendications des militaires qui ont lancé vendredi par des tirs, un mouvement d’humeur pour réclamer le « paiement de primes », lors d’un Conseil des ministres.

 Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie et de travail des soldats », a déclaré M. Ouattara,  après cette brève réunion « exclusivement consacrée à la situation militaire ». »Cette manière de revendiquer n’est pas appropriée », a déploré le président qui a demandé aux soldats de « regagner leurs casernes pour permettre l’exécution de ces décisions dans le calme »

Vendredi,  cette mutinerie déclenchée à Bouaké, Daoukro (Centre), Daloa (Centre-ouest) et Korhogo, Odienné (Nord), s’est étendue samedi à Abidjan et d’autres villes de l’intérieur du pays, pour réclamer « le paiement de primes et une augmentation de salaires ».

« La réduction du temps à passer dans les grades et des éclaircissements à propos d’une supposée prime ECOMOG », la force armée de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), figurent au nombre des revendications.

Cette déclaration fait suite à un « accord » entre le ministre délégué à la Défense Alain Donwahi et les mutins, après deux heures d’échanges à Bouaké, (ex-fief de l’ancienne rébellion des Forces nouvelles)

« Tout va rentrer dans l’ordre à partir » de dimanche, a promis le porte-parole des mutins, Siaka Ouattara, assurant qu' »il n’y aura plus de tirs » et que les éléments vont rentrer progressivement en caserne ».

Comments

comments