Le président ivoirien va prendre en compte les revendications des militaires

Publié le 07/01/2017 à 22:41

Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé samedi avoir donné son “accord” pour la prise en compte de deux des revendications des militaires qui ont lancé vendredi par des tirs, un mouvement d’humeur pour réclamer le “paiement de primes”, lors d’un Conseil des ministres.

 Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie et de travail des soldats”, a déclaré M. Ouattara,  après cette brève réunion “exclusivement consacrée à la situation militaire”.”Cette manière de revendiquer n’est pas appropriée”, a déploré le président qui a demandé aux soldats de “regagner leurs casernes pour permettre l’exécution de ces décisions dans le calme”

Vendredi,  cette mutinerie déclenchée à Bouaké, Daoukro (Centre), Daloa (Centre-ouest) et Korhogo, Odienné (Nord), s’est étendue samedi à Abidjan et d’autres villes de l’intérieur du pays, pour réclamer “le paiement de primes et une augmentation de salaires”.

“La réduction du temps à passer dans les grades et des éclaircissements à propos d’une supposée prime ECOMOG”, la force armée de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), figurent au nombre des revendications.

Cette déclaration fait suite à un “accord” entre le ministre délégué à la Défense Alain Donwahi et les mutins, après deux heures d’échanges à Bouaké, (ex-fief de l’ancienne rébellion des Forces nouvelles)

“Tout va rentrer dans l’ordre à partir” de dimanche, a promis le porte-parole des mutins, Siaka Ouattara, assurant qu'”il n’y aura plus de tirs” et que les éléments vont rentrer progressivement en caserne”.

Comments

comments