Kenya: les médias en danger à l’approche des élections

Publié le 30/05/2017 à 16:26

L’ONG Human Rights Watch a publié un rapport d’enquête, le mardi 30 Mai sur les agressions commises à l’encontre des journalistes au Kenya. « À chaque fois que nous écrivons des articles qui critiquent les forces de l’ordre ou exposent la corruption du gouvernement, nos reporters sont menacés de mort par des agents des forces de l’ordre ou d’autres services gouvernementaux. » déplore le rédacteur en chef d’un média de Nairobi.

crédit photo : Human Rights Watch

Le contenu du rapport intitulé « Ça n’en vaut pas la peine : la liberté d’expression en danger à l’approche des élections de 2017 au Kenya. » couvre la période du mandat du président Uhuru Kenyatta de 2013 à 2017 : 23 journalistes physiquement agressés par des agents du gouvernement ou des individus proches avec les autorités. 16 cas de menaces de mort proférées à l’encontre de journalistes, bloggeurs ou militants des droits de l’homme. 14 cas recensés d’arrestations et détentions arbitraires. 2 décès de journalistes dans des circonstances troubles.

En effet, le climat hostile ne permet pas aux journalistes de traiter des sujets d’intérêts nationaux sans peur de représailles, selon Otsieno Namwaya chercheur auprès de Human Rights Watch. Une situation préoccupante à deux mois des élections présidentielles du pays où le président sortant est candidat à sa propre succession.

Coulibaly Sadjo avec Jeune Afrique

Comments

comments