Interdiction de prier dans la rue : Talon intraitable

Publié le 08/02/2017 à 09:25

Le président Patrice Talon a rencontré dans la matinée du samedi 4 février 2017, des hauts dignitaires de la communauté musulmane du Bénin. A l’ordre du jour, la préoccupation de ces religieux touchés par la mesure d’interdiction d’occupation des voies publiques. Une décision qui inclut les prières du vendredi.

La décision du président Patrice Talon fait polémique depuis sa validation en conseil de ministres, le 30 novembre 2016. Il s’agit de la mesure portant libération des emprises du domaine public en vue d’une manifestation privée, culturelle ou cultuelle. Les musulmans du Benin n’en sont point ravis.

Au cours de la rencontre du samedi, les hôtes du président ont plaidé en faveur d’une autorisation exceptionnelle pour les prières de vendredi. Le chef de l’Etat leur a expliqué avec courtoisie sa ferme volonté de poursuivre la mise en œuvre de la mesure. Il a donné l’exemple de l’Algérie, un pays musulman où les prières sont interdites dans la rue.

Cependant, il a assuré que l’Etat accompagnera la communauté musulmane pour les réaménagements et la construction de mosquées afin de garantir sécurité et confort aux fidèles.

Le gouvernement a demandé par ailleurs le soutien des responsables religieux dans l’application de sa politique d’amélioration du cadre de vie des populations.

Coulibaly Sadjo

Comments

comments