Guinée : Le code électoral adopté sur fond de vives contestations

Publié le 24/02/2017 à 11:08

Ce jeudi 23 février 2017, le code électoral, conformément à l’accord politique du 12 octobre 2016 a été adopté à la majorité requise. La société civile et le parti minoritaire de l’assemblée nationale sont farouchement opposés à ce code.

Dans le nouveau code électoral, la composition des districts et quartiers sera faite au prorata des résultats obtenus par les listes de candidatures à l’élection communale. En ce qui concerne le président du conseil de quartier ou de district, il sera désigné par l’entité dont la liste est arrivée en tête dans le district ou quartier au scrutin communal.

Pour les contestataires, le nouveau code est anti démocratique, car selon eux, il ôte le droit aux citoyens de choisir leurs représentants à la base. « Ils sont élus par le peuple, ils doivent écouter le peuple » scandaient les organisations de la société civile réunies devant le parlement.

En guise de défense, l’honorable Mamadou Cellou Baldé a déclaré « ce code électoral tient compte de nos difficultés à organiser les élections locales, il est adapté à nos réalités et ne remet nullement en cause la participation des citoyens au choix de leurs dirigeants dans les quartiers et districts à travers l’élection communale. Il n’exclut pas non plus les listes indépendantes. »

Depuis la signature de cet accord politique en 2016, plusieurs marches de protestation ont été organisées. Des pétitions ont été signées par les contestataires. Mais toutes ces démarches sont restées vaines.

Abdoulaye Sow correspond à Conakry

 

 

 

Comments

comments