Guinée: émeutes généralisées dans tout le pays

Publié le 20/02/2017 à 14:32

Depuis plusieurs jours, des jeunes guinéens ont posté sur Facebook des appels à manifester pour exiger la réouverture des classes. Plus tôt dans la matinée ce 20 février 2017, les différentes artères de la capitale ont été prises d’assaut par des jeunes et des femmes dans différents quartiers de Conakry.

Les syndicats de l’éducation réclament le maintien du point d’indice monétaire à 1030. Cet indice avait été dévalorisé par le gouvernement en novembre 2017. Cette revendication syndicale qu’avait minimisée le gouvernement, vient de prendre une autre tournure. Acteurs de la société civile, activistes, et plusieurs personnes se sont lancés dès ce lundi dans une protestation. Ils demandent le retour des élèves à l’école.

Parmi les activistes, l’artiste Elie Kamano a été conduit au PM3 dimanche 19 février. Il y a passé la nuit avant d’être libéré ce lundi à 12 h 20. Le même mouvement de jeunes tenait un Sit -in au ministère de la fonction publique.  Là-bas deux leaders de cette Coalition ont été arrêtés. Le journaliste présentateur à la télévision nationale Hassan Hilal et Bailo Bah, leader de cette coalition sont actuellement détenus à la gendarmerie de Kaloum.

Dans les quartiers de Taouyah, Kipé, Hamdallaye, Bambeto dans la commune de Ratoma et certains quartiers dans les communes de Dixinn, Matam et Matoto, des pneus ont été brûlés sur la route. Les jeunes manifestants ont posés des barricades de part et d’autre de la route Le Prince. Sur d’autres routes de la capitale, certains manifestants s’empoignent avec les forces de l’ordre.

Abdoulaye Sow correspond à Conakry

Comments

comments