Gambie : dernier jour de pouvoir pour Jammeh ?

Publié le 20/01/2017 à 11:20

L’intervention militaire de la CEDEAO en Gambie a été suspendue pour privilégier une dernière voix pacifique pour le départ de Yahya Jammeh. La décision a été prise le jeudi 19 janvier 2017 conjointement par l’ONU et la CEDEAO.

Yahya Jammeh sommé, par la CEDEAO, de céder son fauteuil ce vendredi 19 janvier à midi.                   ©Photo : Jagga (Wikimedia Commons)

Un ultimatum a été donné à Yahya Jammeh pour céder le pouvoir et s’exiler vers une destination de son choix. Pour, Marcel Alain de Souza, président de la commission de la CEDEAO, la possibilité que Jammeh reste président n’est pas envisageable.

« Si à midi (ce vendredi 20 janvier, ndlr), il n’accepte pas de quitter la Gambie sous la bannière du président guinéen Alpha Condé, alors les troupes vont passer à l’intervention militaire proprement dite », a affirmé de Marcel Alain de Souza.

Ce sont plus de 7.000 hommes qui sont mobilisés par cinq pays (Sénégal, Nigeria Ghana, Togo, Mali) engagés pour contraindre le dirigeant gambien à quitter le pouvoir en cas de refus médiatique.

 

Stéphanie Kouassi

Comments

comments