Des échauffourées à M’Bahiakro après la mort d’une lycéenne

Publié le 06/03/2018 à 13:46

Les enlèvements et tueries d’enfants ces derniers jours en Côte d’Ivoire font la une de l’actualité. Le cas du petit Traoré Aboubacar Sidick dit « Bouba » n’aura fini de faire le tour du monde que d’autres crimes similaires sont signalés dans plusieurs localités du pays, notamment à M’Bahiakro, dans le centre du pays. Là bas, une adolescente a été retrouvée morte ce lundi 5 mars 2018.

ADN- PARENTS D'ELEVES DANS LES RUES DE M'BAHIAKRO

Parents d’élèves réclamant justice dans les rues de M’Bahiakro. Crédit : Témoin sur le terrain

Lundi 5 mars 2018, le corps sans vie de Glahou Edmond Chanceline, jeune lycéenne d’une dizaine d’années, a été retrouvée dans l’enceinte de la prison civile de M’Bahiakro. Les coupables de cette tragédie sont toujours en cavale.

Pour réclamer justice des autorités qui selon les populations agissent avec lenteur, les élèves de la ville, appuyés de leurs parents, ont entrepris une marche ce mardi 6 mars 2018 dès 9 heures. Début dans le calme, la manifestation a fini par succomber aux humeurs incontrôlées des élèves. Dépêchés sur les lieux pour rappeler à l’ordre les manifestants, les éléments de la brigade de gendarmerie de M’Bahiakro ont, d’après nos témoins joint ce mardi, tiré à balles réelles sur les manifestants sans armes.

On déplore une dizaine de blessés par balle dans les rangs des élèves. En représailles, d’autres élèves ont pris d’assaut l’enceinte de la gendarmerie dont le portail a été arraché par les manifestants.

ADN- PHOTO D'ELEVES BLESSE PAR BALLE A M'BAHIAKRO

Elèves blessé par balle à M’Bahiakro. Crédit: Témoin sur place

Les parents d’élèves s’activent à rappeler leurs enfants à la retenue pour ne porter pas atteinte à la valeur pacifique de leur mouvement. La gendarmerie quant à elle s’attelle sans répit à instaurer le calme.

Luc KOUADE

Comments

comments