Côte d’Ivoire. Tirs et panique dans plusieurs quartiers d’Abidjan

Publié le 20/07/2017 à 06:56

Des tirs ont retenti dans plusieurs quartiers d’Abidjan toute la nuit de ce mercredi 19 juillet 2017. Les incidents ont débuté peu avant 22H00 (00H00 GMT) à l’école de police de Cocody et se sont généralisés (presqu’en même temps) dans d’autres quartiers populaires comme Yopougon. 

Photo d’archive, utilisée à titre d’illustration (crédit Abidjan.net)

A l’école de police, des hommes armés de fusils ont pointé leurs armes sur les voitures qui passaient et se sont emparés de plusieurs véhicules, selon la même source. “Ils nous ont réquisitionnés notre véhicule, ils pointaient leurs armes. Ils arrêtent les voitures et les taxis et ils prennent les véhicules”, a affirmé un employé d’une société de gardiennage à quelques dizaines de mètres de l’école.

Policiers cagoulés

“Ce sont des policiers cagoulés avec des gilets pare-balles”, a témoigné un chauffeur de taxi, Dirassouba Adama, qui s’est fait braquer son véhicule. “Ils ont tiré en l’air et tiré à côté du véhicule, ils m’ont dit de descendre et de partir, et je suis parti. Ils ont donc pris ma voiture. Il y a au moins dix véhicule à l’intérieur” (de l’école de police). “Ils ont dit: ce pays c’est foutaise, on revendique nos droits”, a ajouté ce chauffeur de taxi.

Vers 22H30, un convoi d’une demi-douzaine de voitures avec des hommes en armes a quitté l’école de police pour emprunter la voie expresse qui mène au Plateau, le quartier central des affaires et du pouvoir, et à Yopougon.

Des tirs ont été entendus par la suite vers minuit et demi à Yopougon, selon un habitant de cette commune.
Aucun tir n’a en revanche été signalé au camp militaire du Plateau, qui abrite l’état-major des armées, ni au camp d’Akuédo à Cocody, qui avaient été les deux épicentres des mutineries de militaires en janvier et en mai.

Ces incidents surviennent quelques heures après un remaniement ministériel annoncé mercredi midi, et la nomination d’un nouveau ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, un proche du président Alassane Ouattara.

Philomène Tourey

Comments

comments