Côte d’Ivoire : le Guichet unique de l’automobile touché par un scandale de fraude

Publié le 02/05/2018 à 22:19

Ce lundi 30 Avril 2018, le directeur général des douanes ivoiriennes, Alphonse Da Pierre, a tenu un point de presse au siège de son institution pour faire la lumière sur l’affaire des immatriculations frauduleuses de véhicules de luxe au Guichet unique de l’automobile.

Suite à des enquêtes menées depuis fin mars, portant sur l’immatriculation frauduleuses de véhicules, la direction générale des douanes ivoiriennes relève un préjudice de 268 millions de francs CFA sur un échantillon de 24 véhicules immatriculés frauduleusement, sans toutefois mettre fin aux enquêtes.

En effet, ayant remarqué des irrégularités dans la base de données, Alphonse Da Pierre, directeur général des douanes ivoiriennes a fait entamer des investigations qui ont permis de découvrir ces cas de fraudes.

Les douanes ivoiriennes ont donc porté plainte contre certains individus et saisi le procureur de la République le 27 Avril 2018. Pour l’heure, ce sont les nommés Boka, directeur informatique de Côte d’Ivoire Logistique, Taki, agent du service BIVA de la direction du Guichet unique de l’automobile (GUA), Fofana Mamadou directeur du GUA. À ceux-là s’ajoutent six agents de Côte d’Ivoire logistique, quatre de la direction du Guichet unique de l’automobile, une de Quipux Afrique-Côte d’Ivoire et deux personnes du bureau des douanes.

Par ailleurs, le directeur général des douanes a annoncé que « des travaux sont en cours au niveau avec Argus France afin de réussir, dans un bref délai, la dématérialisation de la procédure. Les actions de la douane seront mises en liens avec celles du ministère du Transport, qui a également engagé un projet de dématérialisation avec l’ANSUT ». Ces mesures visent la sécurisation de la procédure dédouanement et d’immatriculation des véhicules de tous types par la dématérialisation et la création des liens informatiques obligatoires entre les différentes étapes sur la plateforme du GUA.

Notons à ce jour que plusieurs des interpellés sont écroués à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Ange TIEFFI

Crédit photo : ivoiresoir.net

 

Comments

comments