Côte d’Ivoire : la grève des fonctionnaires divise des syndicats

Publié le 23/01/2017 à 06:49

Week-end à rebondissements dans le mouvement de grève des fonctionnaires. Reconduite le samedi, puis suspendue le dimanche par les uns, la grève reste maintenue pour d’autres. Explication.

Deux tendances s’opposent sur la poursuite ou non du mouvement de grève des fonctionnaires. ©Photo : captures d’écran YouTube (gauche) et Facebokk (droite)

Dans la nuit du dimanche 22 janvier, Théodore Gnagna Zadi annonce la suspension du mot d’ordre de grève, « au nom des deux organisations » dont il est le porte-parole. Ce sont la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire (dont il est le président) et l’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IFCI, dirigée par Jean Yves Abonga). Une décision qui intervient après une énième rencontre de discussion entre les syndicats et le premier ministre ivoirien.

Les deux organisations entendent « donner une chance aux discussions qui seront faites dès mardi (24 janvier 2017) à 16h », a déclaré Théodore Zadi pour justifier cette suspension du mouvement entamé le 9 janvier. Ce dernier invite ses « camarades […] à la reprise […] ce lundi 23 (janvier 2017) dès 7h30 » tout en soulignant que « la lutte continue ».

Si certains s’apprêtent à reprendre le chemin du travail ce lundi, d’autres ont décidé de continuer leur revendication en s’abstenant de travailler. Il s’agit des membres du Syres (Syndicat pour la revalorisation des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire). Dans une vidéo postée sur Facebook, quelques minutes après la déclaration de l’IFCI et de la plateforme, Arnaud Boka, secrétaire général national du Syres « appelle ses membres à se « désolidariser de tout appel à la reprise tant que le gouvernement ne s’est pas prononcé sur la question du stock des arriérés ». Aussi invite-il « tous les fonctionnaires de Côte d’Ivoire en général, et les enseignants membres du Syres en particulier, à continuer […] à observer le mot d’ordre de grève jusqu’à satisfaction totale de [leurs] revendications ».

Pour rappel, le samedi 21 janvier, au terme d’une assemblée générale, les syndicats de la fonction publique ont décidé de reconduire pour cinq jours (du 23 au 27 janvier 217) le mouvement de grève. De son côté, le ministre ivoirien de la Fonction publique, Pascal Abinan Kouakou a demandé une reprise du service en attendant la poursuite des discussions ce mardi 24 janvier 2017.

Alfred Oka

Comments

comments