Côte d’Ivoire : Human Rights veut traduire Simone Gbagbo devant la CPI

Publié le 29/03/2017 à 16:16

Human Rights Watch (HRW) a dénoncé l’acquittement de Simone Gbagbo ce mercredi 29 mars, dans un communiqué. Ils n’ont pas mis longtemps pour réagir au verdict du procès de l’ex première dame. L’Ong estime qu’elle devrait être jugée par la CPI.

crédit photo : France 24

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme, ce verdict « démontre les nombreuses irrégularités qui ont entaché le procès. Il laisse de graves questions sans réponse concernant son rôle présumé (Simone Gbagbo, ndlr) dans les crimes brutaux perpétrés pendant la crise post-électorale de 2010-2011 ». HWR estime qu’il revient à la CPI de juger l’ex première dame. D’ailleurs, La CPI a toujours réclamé Simone Gbagbo, mais Abidjan refuse son transfèrement à la Haye.

Ce mercredi 29 mars, Me Rodrigue Dadjé, l’un de ses avocats, a salué « le courage des magistrats de la cour d’assises et des jurés, qui ont prononcé une décision historique dans un environnement où le politique fait souvent pression sur le judiciaire ». Cependant, il reproche à la justice d’avoir bâclé le procès depuis l’instruction.

Mardi, l’acquittement de Simone Gbagbo a été accueilli comme un coup de théâtre. Les parties ont 60 jours pour se pourvoir en cassation. Mme Gbagbo purge déjà à Abidjan une peine de 20 ans de prison, prononcée en 2015 pour “atteinte à la sûreté de l’Etat”.

Viviane YOBOUE avec AFP
 

Comments

comments