CEDEAO : Le président Togolais prend le relais

Publié le 06/06/2017 à 11:05

Le président Togolais Faure Gnassingbé a été élu à la tête de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour le mandat 2017-2018. Une décision acclamée par les autres chefs d’Etat à la clôture du 51e sommet ordinaire de l’organisation sous régionale le 04 juin à Monrovia (Liberia).

crédit photo : Journal du Cameroun

La présidente Libérienne Ellen Johnson Sirleaf a passé le flambeau à son homologue togolais après un an d’exercice. Le nouveau président a appelé à une mobilité effective et à plus d’intégration dans l’espace ouest-africain. « Il nous faut maintenant opérer des sauts qualitatifs vers notre objectif unique qui est de faire de notre organisation une CEDEAO des peuples. Il nous faudra sans plus tarder enlever les dernières barrières au brassage et à l’imbrication de nos populations… », a t-il déclaré.

La présence du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à ce sommet a conduit le roi du Maroc à renoncer à sa visite (ils n’ont pas de relations diplomatiques). Le président du Niger s’est également fait représenté par son ambassadeur pour semble t’il la même raison.

En effet, l’Etat hébreu voit en l’Afrique “un continent ascendant” où il cherche à prendre ses marques notamment en Afrique de l’ouest et de l’Est à travers des échanges commerciaux.

En ce qui concerne la demande du Maroc d’intégrer la CEDEAO, l’organisation a été acceptée dans le principe, mais il faudra attendre le 52e sommet en décembre prochain pour la confirmation. Le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Souza a appelé à “plus de vigilance” en faisant référence à la situation sécuritaire “en Guinée-Bissau, au Mali, dans le nord du Nigeria, au Niger, au Burkina Faso ainsi qu’en Côte d’Ivoire.

Coulibaly Sadjo avec RFI

Comments

comments