CAN 2017 : Zoom sur Hervé Koffi, gardien du Burkina Faso

Publié le 05/02/2017 à 07:38

Le Burkina Faso a battu le Ghana à Port Gentil, ce samedi 4 février 2017, lors du match de classement. Les supporteurs ont apprécié à nouveau les prouesses d’Hervé Kouakou Koffi. Parcours d’un étalon d’origine ivoirienne.

Le Burkina Faso peut être fier de son gardien de buts. De toute la compétition, il n’aura encaissé que 3 buts. Sous les feux des projecteurs, Hervé Koffi, cet ivoirien d’origine a réjoui les (télé)spectateurs. Ce tir au but malheureux de la ½ finale n’enlève rien à l’estime qu’on peu lui porter tant il aura  »mouillé le maillot ».

Crédit photo: Eurosport

Être au centre des attentions est nouveau pour ce jeune gardien, habitué des championnats locaux, mais l’étalon de 20 ans demeure lucide.

Portier de la sélection burkinabè depuis le 26 mars 2016, il fait partie des grands espoirs dans son pays. Son sélectionneur, Duarte le qualifie d’ailleurs de « super gardien, avec un énorme potentiel ». Chez ses coéquipiers, c’est la même estime. A son propos ils affirment à l’unanimité : « C’est quelqu’un qui travaille bien, et qui sait écouter. »

Sa carrière, Hervé Koffi la débute au Burkina Faso au centre de formation Rahimo, comme attaquant. Très tôt, son formateur décèle en lui le potentiel d’un bon gardien de but et l’encourage à changer de poste. Son père, ancien joueur de champ, pas très emballé par son choix, qu’il soutient finalement. « Il a travaillé avec abnégation pour progresser dans cette fonction » déclare fièrement son père.

Eh oui ! Chez les Koffi, le football est une affaire de famille. Koffi Kouakou Hyacinthe, le père, ancien footballeur reconverti en entraîneur, a fait les beaux jours de clubs ivoirien et burkinabé. Il vit à Bobo Dioulasso depuis les années 90.

Né au Burkina et possédant la double nationalité, Hervé Kouakou Koffi a opté pour son pays natal. Son avenir, il le voir hors des frontières africaines. « J’espère pouvoir prendre un autre envol dans un club hors d’Afrique, c’est mon souhait », rêve le jeune gardien. Pour l’heure, il pense aux éliminatoires de la Coupe du monde  toujours avec la sélection burkinabè.

 Viviane YOBOUE

Comments

comments