Cameroun : Un correspondant de RFI condamné à dix ans de prison

Publié le 26/04/2017 à 16:47

Ahmed Abba, correspondant de RFI en langue haoussa au Cameroun, a été condamné lundi 24 avril, à 10 ans de prison ferme avec une amende de 56 millions de francs CFA. Le président du tribunal militaire de Yaoundé l’a déclaré coupable des faits de non-dénonciation et blanchiment d’actes de terrorisme. 

crédit photo : RFI

La justice camerounaise dit avoir trouvé des preuves dans l’ordinateur du journaliste faisant état de rencontres avec des présumés terroristes. Le parquet lui reprochait d’être entré en contact avec des membres du groupe islamiste Boko Haram et de ne pas avoir partagé les informations recueillies aux autorités

Le journaliste risquait la peine de mort. Ses avocats ont réussi à ramener la peine à dix ans de détention, le minimum dans les cas de blanchiment. Cependant l’accusation de l’apologie du terrorisme a été écartée en raison des preuves fournies par RFI.

Ahmed Abba a été plusieurs fois mis en détention suivi de torture depuis son arrestation en juillet 2015, à Maroua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Le journaliste a commencé à travailler en 2010 dans cette région très sensible qu’est l’Extrême-Nord du Cameroun, une zone régulièrement visée par Boko Haram. D’abord cameraman, il est devenu en 2014 correspondant de RFI en langue haoussa.

Stéphanie Kouassi avec RFI

Comments

comments