Cameroun : les militaires en lutte contre boko haram se mutinent

Publié le 06/06/2017 à 20:02

Dans le nord-est du Cameroun, les militaires chargés de la lutte anti-terroriste ont manifesté le samedi 3 juin pour réclamer le paiement de leur prime. La réaction des autorités ne s’est pas fait attendre. Le ministère de la défense a fait savoir publiquement le lundi 05 juin que 32 soldats avaient été arrêtés et transférés à Yaoundé.

crédit photo : Africtelegraph

Les jeunes militaires issus de la Force multinationale mixte du Lac Tchad risquent non seulement des sanctions disciplinaires mais également des peines judiciaires. Le gouvernement veut en faire des exemples pour dissuader toute velléité de rébellion dans l’armée.

Ces soldats avaient érigé des barrages pour empêcher la circulation dans la localité de Zigué dans le nord du pays pour exprimer leur mécontentement. C’est le moyen qu’ils ont trouvé pour demander leur relève immédiate de la zone de combat contre boko haram et le paiement des primes comme celles accordées à leurs camarades des opérations de maintien de la paix de l’Onu.

En effet, les éléments camerounais mis à la disposition de l’ONU en Centrafrique touchent environ 400.000 FCFA de prime en plus de leur salaire mensuel. Tandis qu’eux ceux restés au front pour lutter contre la secte terroriste perçoivent moins de 50.000 FCA de prime mensuelle.

Après cet incident, le ministère de la défense a expliqué que le changement d’équipe se fera à une date ultérieure. Les pays de la région du Lac Tchad ne disposent pas des mêmes moyens que l’ONU, par conséquent les primes ne peuvent être les mêmes, a précisé Joseph Beti Assomo.

Coulibaly Sadjo

Comments

comments