Bénin: Les magistrats organisent une marche contre le projet de constitution

Publié le 26/03/2017 à 20:12

Le projet de révision de la Constitution initié par le président Patrice Talon, suscite plusieurs réticences au Bénin. L’Union des magistrats du Bénin, organise ce lundi 27 mars, une marche de protestation sur l’Assemblée nationale.

crédit photo : AFP

Ce projet de révision prévoit un mandat unique de six ans pour le chef de l’Etat, la création d’une Cour des comptes, le financement public des partis. La détention provisoire et la garde à vue seront interdites pour les ministres en fonction ainsi que pour le président en fonction ou pas.

Michel Adjaka, président de l’union des magistrats, juge ce projet «très inquiétant». Selon lui, il devrait consacrer «la fin de l’indépendance de la magistrature», en cas d’adoption. Il reproche à cette constitution de consacrer « des citoyens, super-privilégiés. A savoir le président de la République, ses ministres et les députés. »

Les députés refusent d’examiner le projet de Constitution en urgence. Le vendredi 24 mars, à l’ouverture de la session extraordinaire consacrée au texte, ils ont rejeté à l’unanimité la demande d’examen en procédure d’urgence.

Lionel Zinsou est, lui, plutôt favorable au projet de révision. « Je crois que le mandat unique de six ans, c’est une expérimentation. Il faut probablement la tenter, parce que c’est vrai que cela peut permettre de découpler un petit peu l’exercice du pouvoir, de la volonté d’être réélu par du clientélisme.» a-t-il expliqué.

Patrice Talon a présenté son projet aux Béninois le jeudi 23 mars à la télévision nationale. Il a assuré le peuple beninois, que son adoption n’entraînera pas « l’entrée en vigueur d’une nouvelle République ».

Viviane YOBOUE avec RFI

Comments

comments