6000 producteurs de Korhogo et Boundiali bientôt sortis de la précarité

Publié le 05/06/2018 à 13:00

Le centre culturel de Korhogo a abrité le samedi 2 juin 2018 le lancement d’un projet de développement de la filière riz et de renforcement des capacités de 6000 riziculteurs de Boundiali et Korhogo. En ligne de mire : l’amélioration de leurs conditions de vie.

ADN-Lazeni_Couibaly_Korhogo

Photo: Africa Daily News

La Fondation Louis Dreyfus, la Société de commodités de Côte d’Ivoire (SOCOMCI), et l’ONG internationale Fair Match Support, à l’origine du projet ont procédé ce 2 juin à son lancement officiel en présence des autorités administratives, coutumières et d’une cinquantaine de coopératives de producteurs des zones concernées.

Selon les explications de Ludovic M’BAHIA BLE, le directeur général de LDC Côte d’Ivoire, le projet vise à soutenir le développement de la filière rizicole dans le pays.« L’objectif est d’encadrer les paysans dans la région, en particulier aux alentours des usines SOCOMCI de Korhogo et de Boundiali qui ont été installées par l’ONDR (Office national pour le développement de la riziculture). L’idée est d’améliorer les pratiques agricoles, de répertorier les paysans chefs de pôles, les leaders afin qu’ils puissent accompagner les plus petits producteurs et enfin de faire un système d’information qui permet une traçabilité du produit de manière à vraiment mesurer les impacts, le rendement, la quantité et la qualité du riz produit par le paysan », a précisé M. M’BAHIA BLE.

A terme, il s’agira de hisser la filière rizicole ivoirienne à hauteur de celles du cacao, du coton et de l’anacarde.

Le projet qui s’étendra sur 3 ans bénéficie d’un financement de 180 millions de la part de LDC CI.

Pour l’industriel Lazeni Coulibaly, fils de cultivateur, enfant de la région et chargé du volet transformation et distribution du riz produit localement, au-delà de la réorganisation de la filière, il est question d’améliorer les conditions de vie des producteurs tout en veillant à leur inculquer les bonnes pratiques pour un meilleur rendement.

A ce jour, il est en dessous de la moyenne nationale :«  Avant, pour un hectare, les producteurs de la région se retrouvaient avec 1 voire 1 tonne et demi de riz. Mais avec le bon encadrement et les semences certifiées de nos partenaires, ils pourront facilement passer le cap des 4 tonnes de riz à l’hectare pour les mêmes efforts fournis. Si le rendement change, les conditions de vie des paysans changent. Ils auront maintenant un revenu stable qui va leur permettre de vivre décemment, d’envoyer leurs enfants à l’école … »

Comme à Korhogo 10 mois avant, 3000 riziculteurs de Boundiali seront identifiés. « En fonction de leurs besoins réels, ils seront tous accompagnés pour les trois années à venir », a indiqué Hyacinthe Ouattara, le coordinateur pays de Fair Match Support, ONG spécialisée dans l’encadrement des acteurs du monde agricole et ayant à charge la mise en œuvre du présent projet.

Pascal André N’Guessan

Comments

comments